Historique

Historique

Inscrit au calendrier du Championnat du Monde des Rallyes FIA depuis la création de celui-ci en 1973, le Rallye de France n’aura connu que deux territoires de prédilection en plus de quarante ans d’existence : la Corse et l’Alsace.

Le « Rallye de France » est né en 1973. Cette année-là, le monde du Rallye se fédère et crée un Championnat du Monde des Rallyes pour les Constructeurs autour de treize dates. Les 1er et 2 décembre, la 17e édition du Tour de Corse, dont la création remonte à 1956, clôture ce nouveau Championnat.

Le Tour de Corse est déjà la référence des épreuves sur asphalte. Long, éprouvant pour les mécaniques et les équipages tout autant que pour les suiveurs, le « Rallye des 10 000 Virages » fait le tour de l’île. Bastia, Calvi, Corte, Porto Vecchio, Ajaccio, le parcours des premières années s’apparente à un sprint d’une longueur insoutenable. En seulement 24 heures, le vainqueur est désigné. Les épreuves spéciales sont redoutables. Un proverbe local dit que la ligne droite la plus longue de l’île est la piste de l’aéroport d’Ajaccio. Derrière tous ces virages, de nombreux précipices font « peur » à bon nombre de pilotes. Certains y laisseront leur vie…

Durant de nombreuses années, rares sont les étrangers à battre les Français sur l’asphalte corse. Sandro Munari, Markku Alén et Carlos Sainz sont les seuls à s’imposer en plus de vingt éditions. Bernard Darniche vainqueur à quatre reprises entre 1977 et 1981 puis Didier Auriol six fois entre 1988 et 1995 deviennent les références. En 1997, l’arrivée des World Rally Cars change la donne. Le Tour de Corse se concentre petit à petit autour d’Ajaccio. L’épreuve est uniformisée et les Français commencent à perdre leurs duels. Colin McRae, Jesus Puras, Petter Solberg, Markko Martin gagnent en France jusqu’à l’avènement de Sébastien Loeb. Avec le numéro 1 sur les portières, Loeb s’impose lors des quatre dernières éditions corses du Rallye de France.

À partir de 2010, le Rallye de France se déroule en Alsace, sur les terres de Sébastien Loeb. La première édition – avec la victoire de Sébastien Loeb, Daniel Elena et Citroën et les titres de Champions du Monde mathématiquement assurés en Alsace – reste dans les mémoires comme l’une des dates références de la discipline. En 2011, le final à suspense entre Sébastien Ogier-Julien Ingrassia pour Citroën et Dani Sordo-Carlos del Barrio pour Mini, marque également la fin de saison. En 2012, la victoire de l’enfant du pays, Sébastien Loeb, aux côtés de son fidèle co-pilote Daniel Elena, enflamme les foules puisqu’elle s’accompagne d’un nouveau titre Constructeur pour Citroën, et surtout d’un neuvième titre Pilotes consécutif pour l’équipage. Ce dernier succès couronne la fin d’une carrière, Sébastien Loeb ayant annoncé son retrait partiel du Championnat du Monde dix jours auparavant. 2013 rentre cependant également dans les annales, puisque Sébastien Ogier et Julien Ingrassia y décrochent leur premier titre mondial, devenant ainsi le troisième équipage tricolore à être titré Champion du Monde des Rallyes. Enfin, la cinquième et dernière édition alsacienne, en 2014, consacre le duo finlandais de Volkswagen Motorsport composé de Jari-Matti Latvala et Miikka Anttila.

L’année 2015 marque le renouveau du Rallye de France sur son territoire de naissance. Le Tour de Corse est de retour ! Le Finlandais Jari-Matti Latvala devient l’un des rares scandinaves à s’imposer sur l’Île de Beauté. Un an après, en 2016, Sébastien Ogier décroche son premier succès insulaire, qui lui permet de se rapprocher de son quatrième titre mondial consécutif.

L’intégralité du palmarès du Rallye de France

Parcours édition 2017


Suivez-nous sur Twitter