Glossaire

Glossaire

 

Aérodynamique
La carrosserie des voitures est dotée de déflecteurs (spoiler, splitter) et d’autres panneaux de forme étudiée afin de diriger l’air frais autour du moteur, la boîte de vitesses et les freins et de préserver une certaine adhérence de la voiture sur la route à des vitesses élevées.
Aide au démarrage (launch control) Système qui permet au pilote de s’élancer plus rapidement en cas de départ arrêté. Ce système est doté d’un dispositif empêchant le moteur de caler.
Attribution de points Pour les Championnats du Monde ‘Pilotes’ et ‘Copilotes’, les points sont attribués à l’arrivée de chaque rallye aux 10 premiers équipages selon le barème suivant : 25, 18, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 2 et 1 points. Des points supplémentaires sont attribués aux trois premiers de la spéciale ‘Power’ : 3, 2 et 1 points. Pour le Championnat du Monde ‘Constructeurs’, les points sont attribués aux 10 premiers équipages nominés selon le barème 25, 18, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 2 et 1 points. Tous les résultats sont pris en compte pour effectuer les classements finaux des Championnats.
Boite de vitesses séquentielle Dispositif qui permet, à l’aide d’un levier ou de palettes, un changement de vitesses séquentiel (1-2-3-4-5-6) en rétrogradant ou l’inverse. La plupart des boites de vitesses sont semi-automatiques et possède un mécanisme de contrôle électro-hydraulique qui gère l’accélérateur, l’embrayage et le changement de rapports.
Bride Restricteur par lequel tout l’air qui alimente le moteur doit passer afin de permettre de limiter la puissance du moteur quand le règlement l’exige.
Cage de sécurité Structure composée de tubes en acier fin au carbone soudés dans l’habitacle et conçue pour protéger le pilote et le copilote en cas d’impact ou de tonneaux.
Carnet de contrôle (ou carnet de bord) Document remis à chaque équipage au départ du rallye sur lequel figure l’ensemble des temps impartis (à respecter à la minute près sous peine de pénalisation) pour parcourir la distance entre deux contrôles horaires.
Carnet de notes Lors d’une spéciale, notes lues par le copilote pour annoncer au pilote les difficultés à venir de l’itinéraire par le biais d’un système d’intercommunication.
Chargé des relations avec les concurrents (ou CRAC) Officiel chargé d’informer les concurrents et tenir auprès d’eux, en permanence, un rôle d’information et de conseil. Le ‘CRAC’ assure bien souvent l’interface entre la Direction de Course ou le Collège et les concurrents.
Classement général ou classement scratch Classement provisoire ou final établi par addition des temps dans les ES et des éventuelles pénalisations exprimées en temps.
Clous Pointes métalliques destinées aux pneus neige pour une meilleure adhérence dans la neige et la glace.
Collège des Commissaires Sportifs Composé de plusieurs membres, le Collège a autorité absolue pour faire respecter les règlements de l’épreuve. Ses membres exercent, schématiquement, le rôle d’arbitre de l’épreuve.
Commissaires techniques Membres officiels chargés de contrôler la conformité des voitures avant, pendant et après l’épreuve.
Composants mécaniques Un constructeur peut utiliser un maximum de huit châssis pour la saison. Après le 1er mai 2011, le développement des moteurs est figé et un constructeur ne peut utiliser plus de deux moteurs par voiture pour les neuf rallyes restants. Une dérogation pour un moteur supplémentaire par voiture pourra être demandée à la FIA. Le remplacement du turbo en cours d’épreuve est interdit. Chaque constructeur doit nominer quatre liens de deux rallyes et un lien de trois rallyes au sein desquels il compte utiliser la même transmission et le même lot de pièces de rechange (berceaux, crémaillères de direction, turbocompresseurs). Enfin, une voiture ne peut utiliser plus de cinq jeux d’amortisseurs et cinq jeux de pivots par rallye.
Concurrent La personne physique ou morale engageant la voiture lors du rallye. Souvent, le pilote et le concurrent sont une seule et même personne.
Configuration terre Choix des pneumatiques et réglages de la suspension pour donner à la voiture le maximum de puissance sur une route de spéciale sans revêtement.
Contrôle de passage A ces contrôles, les commissaires visent simplement le carnet de bord. L’absence de visa de passage est soumise à l’application de pénalités.
Contrôle horaire A ces contrôles, les commissaires notifient l’heure de présentation exacte du carnet de bord. Tout retard ou avance à un contrôle horaire est pénalisé.
Contrôle stop Zone située entre 200 et 500 mètres après la ligne d’arrivée où la voiture doit s’arrêter pour que son temps soit validé.
Copilote Assis dans le baquet passager, il guide le pilote sur l’itinéraire en lui annonçant notamment les difficultés à venir.
Différentiel actif Différentiel central sur une voiture à quatre roues motrices qui utilise des données informatiques pour envoyer le couple sur les roues avec la meilleure adhérence, afin de maximiser la performance de la voiture. Depuis 2006, les différentiels avant et arrière actifs sont interdits et sont remplacés par des systèmes mécaniques.
Directeur de Course Entouré d’un adjoint et des directeurs des épreuves spéciales, sa mission consiste à assurer la conduite sportive de l’épreuve.
Distance totale La distance totale de l’ensemble des épreuves spéciales est comprise entre 300 km et 500 km. Il n’y aura pas de distance minimale ou maximale pour une épreuve spéciale. Il n’y a toutefois pas plus de 80 km d’épreuves spéciales entre deux visites aux parcs d’assistance ou aux zones d’assistance éloignées.
Drapeau jaune Lorsqu’un pilote passe devant un drapeau jaune déployé, il doit immédiatement ralentir, maintenir cette vitesse réduite jusqu’à la fin de la spéciale et suivre les instructions des commissaires de route ou des pilotes des voitures d’intervention qu’il rencontre. Les drapeaux seront déployés à tous les points radio précédant l’incident.
Epreuve spéciale (ou ES) Epreuve de vitesse sur route à usage privatif chronométrée au dixième de seconde. Le départ est donné arrêté tandis que l’arrivée est jugée lancée. Un faux départ est sanctionné par une pénalité de 10’’.
Equipage Les deux personnes (le pilote et le copilote) embarquant à bord de la voiture.
Étape Journée de rallye.
FFSA Fédération Française du Sport Automobile.
FIA Fédération Internationale de l’Automobile.
Intercommunication Liaison radio qui permet au pilote d’entendre les instructions du copilote, malgré le bruit du moteur. Les écouteurs et le micro sont intégrés dans le casque.
Licence L’indispensable sésame pour participer à une épreuve.
Ligne d’arrivée La fin d’une spéciale marqué par l’arrêt du chronométrage.
Liste des engagés Liste officielle des concurrents inscrits. Publiée quelques jours avant l’épreuve.
Liste des partants Liste officielle des concurrents ayant satisfait aux vérifications administratives et techniques.
Mise au point (ou shakedown) Séance d’essais ; occasion pour les équipages de contrôler les performances de leur voiture de compétition sur un terrain similaire à celui du rallye, la veille du départ.
Ordre de départ Le premier jour, les équipages prennent le départ dans l’ordre du classement du Championnat du Monde ‘Pilotes’. Ensuite, l’ordre de départ est défini par le classement général du jour précédent. Les départs sont donnés avec un intervalle de deux minutes minimum entre les voitures.
Organisateur Administratif (OA) Personne physique, ou morale, responsable du traitement du rallye sur le seul plan administratif.
Organisateur Technique (OT) Personne physique, ou morale, responsable de la conception et de la mise en place des sites et infrastructures du rallye et notamment de l’établissement du plan de sécurité.
Parc d’assistance Zone réglementée dédiée à l’assistance de la voiture par l’équipe technique. Dans cette zone, les seules personnes autorisées à intervenir sur les voitures sont les équipages et les huit mécaniciens identifiés par des brassards.
Parc d’assistance éloigné Lors d’une assistance éloignée, le matériel autorisé est limité au strict minimum (cric, chandelles, outils manuels). Les réparations doivent être effectuées à l’aide des pièces embarquées dans la voiture.
Parc fermé Situé à l’arrivée d’une section, d’une étape ou en fin de rallye et strictement interdit à toute personne étrangère à l’équipage et aux officiels dûment mandatés.
Parc de regroupement Zone dédiée au regroupement des véhicules encore en compétition. Il permet souvent de ‘gommer’ les éventuels retards.
Parcours de liaison Parcours routier entre deux spéciales ou pour rejoindre une spéciale, un parc d’assistance, de regroupement ou d’arrivée. Sur ces parcours, les concurrents sont impérativement tenus de respecter les règles du Code de la Route.
Pénalité en temps Les équipages de rallye sont pénalisés de 10 secondes pour chaque minute de retard à un contrôle horaire – qu’il s’agisse d’un départ de spéciale, d’un contrôle de départ ou d’arrivée. Une présentation en avance à un contrôle horaire entraîne une pénalité stricte d’une minute pour chaque minute d’avance.
Point stop Situé à moins de 500 mètres de la ligne d’arrivée de chaque épreuve spéciale. L’équipage est tenu de s’y arrêter. Les commissaires profitent de cet arrêt pour reporter le temps effectivement réalisé sur le carnet de bord de l’équipage.
Power Stage Les rallyes doivent inclure une Power Stage conçue pour améliorer la couverture TV. Cette spéciale a généralement une longueur de 4 à 8 kilomètres et clôture le rallye.
Priorité Ordre de départ des pilotes à chaque épreuve, déterminé en fonction de leur réussite au cours des rallyes passés et des temps réalisés à chaque étape.
Rally 2 Un équipage ayant abandonné au cours d’une journée peut prendre un nouveau départ le lendemain après avoir reçu des pénalités de cinq minutes pour chaque spéciale non terminée ou manquée (dix minutes de pénalité minimum). Pour préparer ce nouveau départ, l’équipe dispose de trois heures d’assistance.
Road book (ou carnet d’itinéraire) Ensemble des instructions et cartes de l’itinéraire remis à chaque équipage par les organisateurs du rallye.
Reconnaissances Passages (limités en nombre et réglementés) effectués par les concurrents en amont des épreuves sur le parcours (liaison et spéciales)
Règlement particulier du rallye Document obligatoire retraçant l’ensemble des prescriptions et points spécifiques à l’épreuve considérée.
Sécurité de l’équipage L’équipage est protégé par une cage de sécurité et chaque membre est sanglé avec de larges ceintures de sécurité six points. La voiture possède un système d’extinction automatique scellé et le pilote comme le copilote portent une combinaison ignifugée, un casque et un système de soutien de la tête et des cervicales (cf système Hans).
Secteur de liaison Route publique qui relie les spéciales, les zones d’assistance et le parc fermé. Les pilotes doivent respecter les règles de la circulation applicables sur les secteurs de liaison.
Shakedown La séance de mise au point est l’ultime occasion d’essayer les voitures avant le départ du rallye. Elle se déroule généralement le jeudi matin et chaque équipage doit effectuer quatre passages au minimum.
Signalétique Ensemble des matériels mis en œuvre pour informer, mettre en garde, guider les concurrents, le public, les officiels.
Spéciales Épreuves du rallye chronométrées, également appelées épreuves spéciales ; les pilotes et copilotes doivent alors faire leur maximum pour réaliser le meilleur temps.
Système HANS® Équipement de sécurité obligatoire. Le HANS est un acronyme anglais pour « head and neck support » (soutien du cou et de la tête). Porté sur les épaules et autour de la nuque, le système HANS® réduit le déplacement excessif de la tête vers l’avant en cas d’accident et peut éviter à un pilote de graves blessures au niveau de la tête et des cervicales.
Temps de la spéciale Temps chronométré depuis le départ au classement d’une spéciale jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.
Temps forfaitaire Temps attribué aux équipages suite à une interruption momentanée ou définitive d’une ES. Ce temps peut être calculé comme suit :
– selon le classement général établi à l’issue de l’ES précédent l’interruption de course, les écarts séparant les concurrents du premier classé étant traduits en pourcentage. Ces pourcentages sont affectés aux concurrents n’ayant pas parcouru l’ES ou ne l’ayant pas parcourue dans des conditions de course normales.
– Attribution du plus mauvais temps réalisé avant l’interruption de la course s’il est jugé ‘normal’ par les Commissaires Sportifs.
– tout autre temps sous la compétence exclusive du Collège si les deux points ci-dessus ne peuvent être appliqués.
Temps imparti Temps officiel imparti par les organisateurs du rallye à une voiture de course pour parcourir un secteur de liaison hors compétition. Des pénalités sont infligées en cas d’arrivée en avance ou en retard.
Tenue des équipages Les équipages de rallye portent une combinaison comportant trois couches de matériau ignifugé, ainsi que des sous-vêtements ignifugés et une cagoule ignifugée sous leur casque.
Turbocompresseur Organe annexe au moteur constitué d’une turbine et d’une roue de compresseur, celle-ci sont reliées entre elles par un axe. La turbine est animée par les gaz d’échappement, entrainant la roue de compresseur qui a pour rôle de comprimer les gaz d’admission améliorant ainsi le taux remplissage et par conséquent un meilleur rendement du moteur.
Vérifications finales Tous contrôles, effectués à l’issue du rallye, décidés par le Collège des Commissaires Sportifs.
Voiture de reconnaissance Voiture de route tout à fait standard (mais dotée d’un équipement de sécurité) que le pilote et le copilote utilisent pour reconnaître l’itinéraire avant le début du rallye et établir le carnet de notes.
Voiture sécurité
Validation des ES par l’organisateur technique, voiture effectuant un passage dans l’ES à H-60.
Voiture damier Gestion des abandons, voiture passant dans l’épreuve spéciale (ES) après le passage de la dernière voiture de course. Après son passage dans l’ES, le Directeur d’ES, les Autorités et les Gestionnaires de voirie prendront collégialement la décision d’ouvrir partiellement ou totalement la route au public. Très important : Le passage de la voiture damier n’est pas synonyme de réouverture de la route au public.
Voiture, sono, radio ou vidéo Rappel des règles de sécurité au public, informations, voiture effectuant un passage dans l’ES à H-45.
Voiture tricolore ou drapeau national Vérification de la mise en place, voiture qui effectue un passage dans l’ES à H-75.
Voiture 0, voiture 00, voiture 000 Vérification du dispositif général, du fonctionnement des CH et des CP, de la position du public dans les zones réservées, respect des RTS etc. voiture effectuant un passage dans l’ES de H-30 à H-10.
Zones Public (ZP) Zones conçues et préparées par l’OT destinées à accueillir le public dans des conditions optimales de sécurité. Seuls emplacements autorisés au public !
Zones à Très Hauts Risques (THR) Zones pressentant de grands dangers où une signalisation renforcée pourra être mise en place pour rappeler au public que sa présence n’est autorisée que dans les seules Zones Public.

Best of édition 2017


Suivez-nous sur Twitter