2016 – ES 5/7 : La Porta – Valle di Rostino

2016 – ES 5/7 : La Porta – Valle di Rostino

10/09/2016

Chaque semaine, vous aurez la chance de découvrir en avant-première une des dix épreuves spéciales qui constitueront le Tour de Corse 2016. Grâce à la collaboration de David Serieys et Pascal Trojani, plongez au coeur de l’ES5 & 7.

L’analyse de David Serieys, Directeur du Tour de Corse 2016 :

« Un mythe en chasse un autre, avec cette spéciale qui a tant compté dans la glorieuse épopée du Tour de Corse, baptisée aujourd’hui du nom de l’un des partenaires officiels de l’épreuve. Cette épreuve spéciale présente deux nouvelles sections, du kilomètre 0,00 au kilomètre 29,21 ; puis du kilomètre 49,73 au kilomètre 53,72. Départ du Pont de Rimitorio, pour une montée très technique en direction de l’église de la Porta, monument le plus emblématique de la Castagniccia, qui débouchera sur une route très étroite, sinueuse et déformée par endroit et qui traversera le village de Giocatojo pour franchir le Col Saint Antoine l’un des points culminant du rallye. Une descente alternant nouveau et ancien revêtement, portions rapides et tortueuses, conduira les équipages vers Ortiporio, Penta Acquatella, en direction de Barchetta et sa spectaculaire épingle. C’est avec un changement radical de surface et une montée typée Course de Côte que les concurrents rejoindront Campile. Une route beaucoup plus sinueuse à flanc de montagne les conduira à Bisinchi et à Castello di Rostino. Suivie d’une dernière portion restera, avec la succession de nombreuses épingles en descente, avant de rallier l’arrivée, non loin de Valle di Rostino. »*

Pascal Trojani, pilote corse vainqueur du Tour de Corse en 2009 :

« Pour moi, c’est LE monument du rallye. C’est le grand retour de cette spéciale qui n’a pas été empruntée depuis quelques années, et c’est clairement là où le Tour de Corse peut se jouer. Ça démarre sur une montée assez large avec peu de grip qui débouche sur l’église de La Porta. Il y a ensuite un long tronçon très bosselé avec de nombreux changements de rythme qui traverse Giocatojo et rejoint le Col de Saint-Antoine. La descente est ensuite très difficile, avec peu de grip, et qui pourra s’avérer très glissante selon la météo. Après une route un peu plus rapide et la fameuse épingle de Barchetta, on remonte jusqu’à Campile où on part à droite sur une route sinueuse qui faisait partie de la spéciale annulée l’année dernière. L’ultime tronçon est très épineux, avec beaucoup d’épingles et un revêtement abrasif où les pneus seront soumis à rude épreuve. Avec les nombreux accès spectateurs, ce sera une épreuve spéciale très suivie. Elle a été courue à de multiples reprises, dans tous les sens et plus ou moins intégralement, et a fait la légende du Tour. Je me souviens notamment de Bernard Darniche avec sa Lancia Stratos à l’église de La Porta. C’est là que j’ai découvert et aimé le rallye quand j’étais enfant. »

 

Éléments clés :

Samedi 1 octobre
1ère voiture : 9h22
53,72 km

Suivez-nous sur Twitter