ES 7 : Triplé pour Volkswagen
Sébastien Ogier  © DPPI

ES 7 : Triplé pour Volkswagen

04/10/2015

Cette spéciale de Sotta-Chialza, avec ses 36,71 kilomètres chronométrés aura été une belle entrée en matière pour les 112 équipages au départ de cette troisième étape du Tour de Corse.
Ceux qui espéraient un asphalte sec auront été déçus dans la mesure où 80% de la spéciale s’est courue sur des routes humides. Le choix des pneumatiques s’avérant crucial pour la première des trois spéciales de la journée.
Les pilotes VW réalisent le triplé. Le meilleur temps est à l’actif de Sébastien Ogier (21’14”6) qui précède Jari-Matti Latvala de 5sec 6dixièmes et Andreas Mikkelsen de 13sec 1dixième.
Pas de changement au classement général où Latvala précède désormais Elfyn Evans de 17sec 6. Le Gallois reste sous la menace de Mikkelsen, revenu 20sec 7dixièmes.

Date : Dimanche 04 Octobre 2015

Etape 3                                                                                                                  

Communiqué n°9

Epreuve spéciale 7 : Sotta – Chialza (36,71 km)

Météo : grand soleil avec quelques nuages. Température de l’air : 20°

Conditions de course : 80 % de la spéciale humide avec quelques portions sèches.

  1. KUBICA/SZCZEPANIAK :

« Les conditions étaient meilleures que ce que nous attendions. Je n’ai plus rien à gagner ou à perdre. Je me contente de prendre du plaisir. »

  1. NEUVILLE/GILSOUL :

« Je sous-virais dans les portions humides, après le 7e kilomètre et j’ai perdu confiance. Ça devrait aller mieux dans les autres spéciales. »

  1. OGIER/INGRASSIA :

«J’ai été assez prudent car je n’ai plus grand chose à jouer. La plupart de la spéciale est humide. Le bon choix était peut-être de partir en pneus soft. »

  1. BERTELLI/GRANAI :

« C’est un cauchemar. J’ai essayé de préserver mes pneus pour la spéciale suivante car elle devrait être humide. »

  1. PROKOP/TOMANEK :

« C’est difficile car la spéciale est vraiment glissante. J’étais en pneus tendres. »

  1. LEFEBVRE/PREVOT :

« C’est plus mouillé que ce que nous attendions. Je suis parti avec une monte pneumatique croisée : soft et hard. C’est la première fois que je roule ainsi. »

  1. SORDO/MARTI :

« La route a évolué depuis le passage des ouvreurs. C’était plus glissant. Il a fallu s’adapter. Je suis satisfait de mon chrono. Il faut continuer à pousser pour prendre le maximum de points au championnat constructeurs pour Hyundai. »

  1. TANAK/MOLDER :

« Nous faisons de notre mieux, comme toujours. C’était d’autant plus délicat que nos notes n’étaient pas bonnes. Nous devons continuer. Nous avons choisi quatre pneus durs juste avant la spéciale. Ça a fonctionné mais pas dans les portions en sous-bois. »

  1. SARRAZIN/RENUCCI :

« La voiture marche bien désormais. Le choix de pneus a été très délicat car la route présente des conditions très variées. J’ai croisé pneus durs et pneus tendres. C’est la première fois pour moi. C’était un peu « tendu ». J’en ai peut-être trop gardé sous le pied. Ce n’est pas facile de se lâcher dans de telles conditions au volant d’une voiture que je connais peu. »

  1. BOUFFIER/DE LA HAYE :

« On ne s’attendait pas avoir une route aussi humide. Nous avons faits de notre mieux. C’est un bon moyen de se réveiller. »

  1. PADDON/KENNARD :

« C’était piégeux mais je pense avoir pris la bonne décision en croisant les types de pneus. La priorité numéro 1 est de marquer des points au championnat constructeurs. »

  1. OSTBERG/ANDERSSON :

« Les conditions étaient très difficiles. Tout le monde a été surpris par cette humidité. Nous n’avions pas les réglages adaptés. »

  1. ABBRING/MARSHALL :

« C’était une spéciale très difficile. C’était compliqué de trouver le bon rythme mais, finalement, je suis plutôt content. »

  1. MEEKE/NAGLE :

« J’essaie juste de trouver mon rythme. Je pense avoir fait le bon choix de pneus même si ça glissait beaucoup. Je suis plutôt content de mon chrono. »

  1. MIKKELSEN/FLOENE :

« Je n’ai pas fait le bon choix de pneus. Parfois l’auto survire, d’autre fois elle sous vire. Difficile d’évaluer sa vitesse dans ces conditions. »

  1. EVANS/BARRITT :

« Tout va bien mais, dans ces conditions difficiles, nous faisons de notre mieux tout en sachant que Jari-Matti a une bonne expérience sur cette épreuve. Nous avons fait un choix de pneus étonnant ! »

  1. LATVALA/ANTTILA :

« La boîte de vitesses fonctionne désormais. Les conditions étaient vraiment difficiles. La route était sèche au début puis humide ensuite, avec un peu de terre. Ce n’était pas confortable. Je dois me concentrer sur les prochaines spéciales. Ce serait formidable de remporte ce rallye. »

  1. MAURIN/KLINGER :

« C’est glissant et nous n’avions pas beaucoup de grip. Avec nos pneus tendres, nous nous sommes fait une frayeur dans le dernier virage. »

  1. LAPPI/FERM :

« Nous sommes partis avec quatre pneus durs et c’était donc très difficile pour nous dans cette spéciale. »

  1. KREMER/WINKLHOFER :

Sortie de route. Il termine la spéciale mais doit abandonner juste après.

  1. SUNINEN/MARKKULA :

« L’adhérence n’a cessé de changer. Je suis prudent car je suis là pour apprendre. »

  1. CAMILLI/VEILLAS :

« Notre rythme ne cesse de s’améliorer. L’objectif est de finir. »

  1. BREEN/MARTIN :

« Ce sont des conditions incroyablement difficiles. Il faut s’adapter à chaque virage. »

  1. DELECOUR/DE CASTELLI :

« Nous avons mis des gommes dures à l’arrière. L’auto a beaucoup glissé. »

  1. HIRSCHI/BELLOTO :

« Nous attendions des routes sèches et il s’avère qu’elles sont humides à 80%. Nous avons choisi des gommes dures qui ne sont donc pas vraiment adaptées. »

  1. GILBERT/JAMOUL :

« C’était vraiment glissant en milieu de spéciale. Je ne sais pas si nous avons fait un bon chrono mais je suis content de ce que j’ai fait au vu de ces conditions. »

  1. TEMPESTINI/CHIARCOSSI :

« C’était une spéciale difficile. Je pense que nous avions les bonnes gommes. J’ai bien apprécié ce chrono même si je pense avoir été un peu trop prudent. »

  1. ROSSEL/FULCRAND :

« Nous avons perdu nos freins à mi-spéciale, la pédale était au plancher. J’espère que nous allons pouvoir résoudre ce problème pour les deux prochains chronos. »

  1. FOLB/LE FLOCH :

« J’ai été trop prudent. »

  1. VEIBY/JAEGER :

« J’avais des pneus durs à l’avant et tendres à l’arrière. C’était très compliqué sur les portions humides mais beaucoup mieux à la fin sur les parties sèches. »

  1. SOLANS/IBANEZ :

« J’ai bien trop glissé. Je n’étais pas du tout en confiance. »

  1. CRUGNOLA/FERRARA :

« J’essaie de pousser et d’attaquer pour regagner des positions mais ça ne sera pas facile. »

  1. BERFA/AUGUSTIN :

« J’étais trop sur la défensive. »

  1. LOUBET/LANDAIS :

« J’ai fait une grosse touchette à l’avant-gauche en fin de spéciale. » Il arrive au point stop avec le train arrière ouvert et sur la jante.

  1. PERRY/GUIEU :

« Ce n’est pas la spéciale la plus facile pour commencer la journée. Tu roules en 4 ou 5 sur une portion sèche puis tu arrives sur un virage humide. Et là, tu ne sais pas ce que tu vas faire… »

  1. CARCHAT/RIBEIRO :

« Je n’ai plus de freins. La pédale est au plancher. »

  1. GIORDANO/SARREAUD :

« Espérons que la prochaine soit moins compliquée. »

Suivez-nous sur Twitter